02 février 2006

Benoît Dorémus

                   
J’lui           dis, eh j’suis en retard
          Elle dit rien, elle se rapproche
          Elle me roule une vraie paloche
          Bon, j’suis d’accord pour être un peu en retard
          Je cavale en philo, table sacrée
          Près de la fenêtre
          Je les laisse cogiter
          Sur l’être et le non-être
         

          Mon saule pleureur en face
          Me souffle un air de chlorophylle
          ‘Nous aura fallu tout mars
          Et la moitié d’avril
          Pour qu’elle m’embrasse et pour
          Qu’il ait une chouette ombre
          Dans la cour
          Mon pote, arrête-toi de chialer
          On passe à l’heure d’été
         
          J’ai 17 ans, cette fille
          J’sais pas si elle devient
          Ma 50ème gonzesse ou
          Mon 4ème frangin
          J’ai 17 ans j’ai son
          Prénom sur l’avant bras
          Au bic, en attendant
          De faire ça au compas
         
          J’ai 17 ans, elle aussi
          Mais dans un an
          Nos mains dans les futals
          C’est sexpérimental
          Le septième ciel
          On est adepte potentiel
          Faut pas qu’j’lui dise que j’y pense
          Elle va se dire « Il y pense »
         
          J’ai 17 ans, ma guitare et mon
          Félin sur les genoux
          Sont les seuls à l’admettre
          Je s’rai chanteur peut-être
         
          Sujet : « Le temps est-il en nous
          Ou en dehors de nous ? »
          Y rend les copies, Dorémus, 5 !
          L’en faut bien un qui trinque…
          Mais j’ai compris en outre
          A quel point on n’a rien l’temps d’foutre
          Et que s’il est en nous
          Il fout le camp de partout
         
          J’ai 17 ans je me
          Souviens de toutes mes cuites
          J’ai 17 ans, les autres
          Flippent tous pour la suite
          Que je vous dise
          La vie m’aura pas par surprise
          Je s’rai jamais à regarder
          Ma jeunesse envolée
         
          Je peux pas faire un pas
          Sans faire un calembour
          Il arrive encore qu’un prof
          Me jette hors de son cours
          J’ai 17 ans
          Et j’aime un peu trop les fous rires
          Peut-être parce que je suis gosse
          Dans tous mes souvenirs
         
          N’empêche que des larmes me coulent
          Des coins de chaque œil
          Quand la solitude vient faire
          Ses griffes sur ma sale gueule
          Seul à seul avec moi
          J’ai un stylo au bout des doigts
          J’écris et je voudrais
          Que ça s’arrête jamais
         
          Le temps est dans les fous rires
          Sous les saules pleureurs
          Et contre les fenêtres
          J’s’rai écrivain peut-être
         
          17 ans, tu parles
          J’ai tous les âges en même temps
          T’as cru que j’allais te raconter
          Quoi ? Ma scolarité ?
          Mais moi je parlais d’éternité
          A 18 ans
          Elle m’aura quitté
          A 18 ans
          Elle m’aura quitté

Posté par I cry à 21:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Benoît Dorémus J’lui dis, eh j’suis en retard

Nouveau commentaire